Revue de presse

Antoine Tomé La revue de Presse.

Inouï et superbe sont des mots fait pour lui. »
Anne-Marie Paquotte – “Télérama”

« Antoine Tomé, voix profonde pour voyage au long songe. Après une trop longue absence et deux saisons passées dans les théâtres canadiens, Tomé nous redonne la saveur sorcière de ses percussions vocales, de sa poésie nomade. »
Anne-Marie Paquotte – “Télérama”

« Antoine Tomé, marathonien au long cours, trace des sons à rebondissement en lisière du scat bossa et en bordure du vocal afro percussif… C’est une poursuite qu’il faut braquer sur lui… »
Val Tarrière – “Nova Magazine”

« Loin de la chanson prêt-à-porter, jouant de sa voix comme des percussions légères, il plante le décor d’un univers à la sensualité avouée, dans lequel l’humour vient glisser quelques clins d’œil ! »
Patrick Labesse – “Le Monde”

« Antoine Tomé inventeur des richesses de la musique du cœur. »
Jacques Vassal – “Chanteurs à l’affiche”

« J’aime la grande pureté de ses écritures ; chez lui, pas de blues, aucun reproche, aucune peine… Sa route est faite de transparences et de belles lumières. »
Francis Cabrel

"Venu du monde du théâtre où il a pris conscience qu’un langage-jeux hérité de l’enfance, à base d’onomatopées baptisées percussions vocales”, avait un impact immédiat sur le public, Antoine Tomé enregistre un premier album (Les chants du coeur) en 1977.
Cultivant une veine étrange – apparence physique et vestimentaire semi-biblique à l’appui, au début empreinte d’une spiritualité proche du mysticisme, il en sortira cinq jusqu’en 1984, entamant dès le troisième un cycle “Histoire du soleil et divagations autour de la lune”. C’est Chandelle Productions (autrement dit Francis Cabrel) qui lui permettra de publier Eternité
Armé de son fameux “
tricardon ” (instrument de son cru à trois cordes pincées ou frappées), Antoine Tomé poursuit ici le cours de ses pérégrinations oniriques, où l’amour et la femme tissent une légende un rien barbare entre dieux et diable, sacrifice et brasier, danse rituelle et fin de monde (...). L’ensemble recèle une originalité certaine qui ouvre la porte à un imaginaire haut en couleurs… et en ambiguïtés.
Daniel Pantchenko – “CHORUS

Concerto A. Tomique - JEUDI 12 janvier à 21 H.... au Magique...


 Il existe une étrange confrérie ...Celle des amis d'Antoine Tomé ... On n'en connait pas tous les membres et ceux-ci ne se connaissent pas tous entre eux... Mais que dans une assemblée, quelqu'un prononce le nom d'Antoine Tomé, cite Le vent tourne tourne en rond (dans le puits sans fond des jours), les voilà qui s'agrègent, s'isolent, communient dans leur culte ....

J'aurais pu commencer ainsi... pour paraphraser Max-Pol Fouchet.. mais non ...

... dans la série paraphrasons, j'aurais pu essayer cela aussi :

...



Bon j'espère qu'on ne voit pas trop les raccords.... pauvre Jaccottet .....

bref il existe un chanteur simple et étrange, beau et complexe, grand et infiniment précieux....

On attend qu'un jour, une nuit, il chante et rechante Le vent tourne, tourne en rond .....

On peut l'entendre au Magique, au fond de la cave, il nous chantera gravement de sa voix grave des choses graves aigües et légères qui s'envoleront sur les ailes des corbeaux... Peut-être.
Antoine Tomé est un mage. Sa voix apaise et calme et électrise et embaume et cautérise. Si si.

Venez avec vos blessures.

Venez, viendez !
( texte de Francis Villain)

Login Form

2017  Le site officiel d'Antoine Tomé